Bodhidharma, premier Patriarche du Tch’an, avait la juste vision de la Réalité et de ce fait n’était plus de ce monde, comme Jésus.

 

Hui-ko devint le deuxième Patriarche lorsque Bodhidharma lui expliqua en quoi consistait la Réalité :

 

Bodhidharma demanda à Hui-ko ce qu’il désirait.

<< Je n’ai pas la paix de l’esprit, dit Hui-ko, pacifiez, je vous en conjure, mon esprit! >>

<< Apporte ton esprit ici devant moi, répliqua Bodhidharma, et je le pacifierai! >>

<< Mais lorsque je le cherche, dit Hui-ko, je ne le trouve pas. >>

<< ça y est! Rétorqua Bodhidharma, j’ai pacifié votre esprit. >>

 

(« Le Bouddhisme Zen » d’Alan W. Watts (Payot, Paris, 1960. Réédité en format poche, p.102-103)

 

Vous n’avez pas d’esprit, car dire que l’on possède quelque chose est une erreur. Ainsi, lorsque l’on a plus d’égo on ne peut plus dire que l’on possède quoi que ce soit. Lorsque vous le réalisez, vous vous rendez compte que ce monde n’est qu’une projection d’images. Il n’y a donc plus de <<moi>> et <<autrui>> et c’est ainsi que la Loi, les dix commandements de Moïse et les recommandations bouddhistes prennent tout son sens : Comment pouvons-nous faire tort à autrui s’il n’y a pas de moi et autrui ?

 

C’est en ce sens que la Loi avait été écrite, pour vous aider à ne plus réagir aux éléments visibles et pour vous rendre la juste vision de la Réalité, celle de Celui qui se dit se nommer << Je suis >>.

 

L’erreur est de croire en une vie autonome puisque penser ainsi c’est ajouter un esprit (égo) inventé par pure imagination, comme un voile empêchant de voir la Réalité telle quelle. Lorsque l’on a une vision erronée, on croit que la vie visible vient de notre esprit et nos yeux, mais c’est faux.

 

La Réalité est telle quelle vous le voyez présentement et c’est en ce sens qu’il n’y a ni bien ni mal, juste Lui. L’Être Unique vous prête vie pour que vous puissiez percevoir ce qui est manifesté par sa Parole. La Parole est donc la manifestation visible de << Je suis >>.

 

Comprenez-vous maintenant pourquoi il n’y a jamais eu de miracles et qu’aussi tout est possible à celui qui croit ? C’est seulement un enseignement contraire à celle de la Réalité qui a fait en sorte de vous rendre dans l’état que vous êtes présentement.

 

En vous attachant à la science et à la philosophie de l’homme vous avez oublié Celui qui dit <<Je suis>> pour rendre un culte à la nature et aux éléments visibles du monde.

 

En vous créant un esprit imaginé, vous créez par imagination un autre être (fictif) masquant ainsi Celui par qui tout a paru. Si ce discours semble absurde par la majorité c’est que l’on vous a menti dès votre tendre enfance. Des milliards de gens rêvent leur vie en ce bas monde et le monde s’autodétruit pan par pan.

 

Sentez-vous l’angoisse des gens au travers leurs masques, en apparence tout semble bien aller, mais il est évident que le monde se drogue de plus en plus pour oublier l’état dans lequel le monde est rendu, c’est que nous sommes dans un monde submergé dans les ténèbres, au point que les gens croient vivre dans une époque merveilleuse!

 

Cette intelligence qu’Ève pensait avoir acquise (voir livre de la Genèse dans la Bible) est en fait une drogue vous faisant voir tout à l’envers, comme si l’on vous avait mis un sac sur la tête.

 

C’est l’ultime bêtise que vous devez vous débarrasser pour redevenir enfant et avoir une juste vision des choses.

 

Aujourd’hui, la civilisation moderne est organisée et des experts et enseignants vous encouragent tous à devenir intelligents et vous réalisez dans le monde. Ainsi, plus vous êtes intelligents selon le monde, plus vous êtes élevés et plus vous êtes éloignés de la Réalité. Les antichrists ne veulent pas revenir à la Réalité et ils font obstacle à tous ceux voulant revenir, car dans la Réalité c’est la liberté ultime et dans ce monde de travail les plus aisés veulent vous asservir pour remplir leur coffre et faire fonctionner un monde fonctionnant en deux temps : acheter et vendre. Il est aussi révélateur que les plus petits sont abusés de toutes les manières possibles, leurs prédateurs leur font obstacle puisque pour eux leurs victimes leur appartiennent égoïstement.

 

Aussitôt que l’on aborde le sujet de Dieu, il y a aussitôt apparition d’experts, scientifiques, historiens, intellectuels, laïques endurcis, s’empressant tous à faire des explications sur la nature de la vie et l’univers. Ce sont ces grandes personnes qui vomissent leurs théories dans les médias et Internet.
Il n’y a que <<Je suis>> pouvant vous sauver de ce temps de grande détresse. Pas la peine de vous rendre malade petits enfants, il suffit de tout remettre à Lui, il suffit pour vous de changer votre vision des choses et revenir à la Réalité.

 

L’avez-vous invoqué ? Si oui, laissez-le vous ouvrir les yeux sur le monde nouveau, c’est-à-dire sur la juste vision des choses.

 

Dans une telle situation pourquoi donc la Parole de <<Je suis>> exprimée sous la forme du Tch’an oriental peut-elle vous être utile ? C’est que le Tch’an désigne la Réalité directement sous la forme la plus simple qui soit. La désignation directe de la Réalité est un moyen plus abrupt, mais ultra efficace.

 

Pas la peine de vous laisser perturber par les faux croyants qui vous diront : Le bouddhisme vient de Satan puisque l’on rejette la notion du mot Dieu.

 

Le bouddhisme ne rejette pas Dieu, ce sont les noms et concepts qui sont rejetés. Dieu est un nom, c’est tout, ce n’est pas la Réalité.

 

Deuxièmement, Dieu est le Père de tout le monde.

 

Jésus vous dit la même chose que Bouddha et les Patriarches du Tch’an vous disent la même chose. Votre <<moi>> n’est pas réel et il n’y a qu’un seul être, il est Unique.

 

Il suffit de lire attentivement l’histoire de Jésus, de Bouddha et tous les saints d’Orient comme en Occident pour voir qu’ils ont tous suivi les instructions du chemin que << Je suis>> leur indiquait. Ces gens, ayant la vision juste des choses, passaient leur temps à faire des explications de textes en usant de moyens habiles pour faire revenir à la Réalité les individus égarés dans le mensonge.

 

La tradition Tch’an vient du mélange bouddhisme-taoïsme (Inde et Chine), ce mélange apporte une expression claire et directe de la Réalité en ce temps enténébré par une épaisse obscurité. Mise à part Bodhidharma et Hui-ko, il y a eu d’autres maîtres de cette doctrine. Laissez-vous guider par maître Houang-Po et son disciple Lin-sti.
<< Adeptes, la vérité est très difficile, la Loi du Buddha est obscure et mystérieuse. C’est tout juste si l’on peut la comprendre. Bien qu’à longueur de journée je prodigue aux apprentis explications et réfutations, ils n’en tiennent aucun compte. A mille et dix mille reprises, ils piétinent le sol (dans leur pérégrinations), mais c’est comme s’ils étaient dans une ténèbres noire et brûlée ou l’on ne distingue aucune forme. C’est qu’ils n’ont pas assez confiance en leur lumière solitaire. Ils vont chercher des interprétations dans les noms et les phrases. Jusqu’à l’âge d’un demi-siècle, ils n’ont souci que de compter sur autrui. Et ils s’en vont portant leur propre cadavre, courant le monde chargés de leur fardeau. Le jour viendra ou leur sera réclamé le prix de leurs sandales de paille!

 

(« Les Entretiens de Lin-tsi ». (Fayard, 1972), p.130)

 

<< Je vous le dis : il n’y a pas de Buddha, il n’y a pas de Loi ; pas de pratiques à cultiver, pas de fruits à éprouver. Que voulez-vous donc tant chercher auprès d’autrui? Aveugles qui vous mettez une tête sur la tête! Qu’est-ce qui vous manque? C’est vous, adeptes, qui êtes là devant mes yeux, c’est vous-mêmes qui ne différencez en rien du Buddha-patriarche! Mais vous n’avez pas confiance, et vous cherchez au-dehors. Ne vous y trompez pas : il n’y a pas de Loi au-dehors ; il n’y en a pas non plus qui puisse être obtenue au-dedans de vous-mêmes. Plutôt que de vous attacher à mes paroles, mieux vaut vous mettre au repos et rester sans affaires. Ce qui s’est produit, ne le laisses pas continuer ; et ce qui ne s’est pas encore produit, ne le laissez pas se produire. Cela vaudra mieux pour vous que dix années de pérégrinations.

 

(« Les Entretiens de Lin-tsi ». (Fayard, 1972), p.119-120)

 

<<Vénérables. Quand je dis qu’il n’y a pas de Loi à chercher au-dehors, les apprentis ne me comprennent pas et en déduisent qu’il faut la chercher au-dedans d’eux-mêmes. Alors ils s’assoient, appuyés contre un mur, et restent sans bouger, plongés dans la méditation, la langue collée au palais ; et c’est cela qu’ils prennent pour la méthode des patriarches et la Loi du Buddha. Quelle grande erreur! Tenir pour vraie la pureté immobile, c’est reconnaître pour seigneur et maître l’inscience. A quoi s’applique la parole d’un ancien : C’est certes chose redoutable que de rester plongé dans les noires ténèbres comme dans une fosse profonde.

 

(« Les Entretiens de Lin-tsi ». (Fayard, 1972), Lin-sti p.131)

 

Abandonnez ces pensées erronées qui mènent aux distinctions fausses! Il n’y a pas de <<moi>> et pas <<d’autrui>>. Il n’y a pas de <<mauvais désir>>, pas de <<colère>>, pas de <<haine>>, pas <<d’amour>>, pas de <<victoire>>, pas <<d’échec>>. Renoncez à l’erreur de vous attacher aux processus de la pensée intellectuelle (conceptuelle), et votre nature montrera sa pureté première – car c’est là seulement qu’est la voie qui permet d’atteindre à l’Illumination, d’observer le Dharma (La Loi), de devenir un Bouddha, etc… Faute de comprendre cela, tout votre grand savoir, vos pénibles efforts en vue d’avancer, vos austérités de nourriture et de vêtement ne vous aideront en rien à connaître votre propre Esprit.

 

(Extrait de Houang-Po dans « Tch’an (Zen) Racines et floraisons » (Hermès 4, Les Deux Océans, Paris, 1985), p.224)

 

Aussi, le Bouddha est venu dans ce bas-monde pour vider les pots d’aisance, pour <<évacuer les excréments des jeux de mots>>, simplement pour vous faire renoncer à ce que vous avez étudié de l’esprit et à ce que vous y avez vu. Complètement débarassé de tout cela, vous ne pourrez plus tomber dans les jeux de mots. Cette <<évacuation des excréments>> que j’ai mentionné n’a d’autre sens que de vous exhorter à ne pas produire de pensées, car lorsqu’on ne produit aucune pensée, on parvient tout naturellement à la grande sagesse, laquelle ne discrimine absolument pas entre le Bouddha et les êtres vivants, car elle n’établit aucune discrimination.

 

(« Les Entretiens de Houang-po ». (Les Deux Océans, Paris, 1985) p.132-133)

 

L’Esprit est empli d’une clarté rayonnante; aussi, rejetez les ténèbres de vos anciens concepts. Tch’ing Ming dit : <<Débarassez-vous de tout.>> La phrase du Soûtra du Lotus au sujet d’une bonne vingtaine d’années passées à déblayer le fumier symbolise la nécessité de chasser de votre esprit tout ce qui tend à la formation de concepts inutiles. Dans un autre passage, le même soûtra identifie le tas de fumier qui doit être emporté avec la métaphysique et la sophistique. Ainsi, la <<Matrice des Tathāgatas >> est intrinsèquement un vide et un silence ne contenant aucun dharma individualisé de quelque sorte ou genre que ce soit.

 

(Extrait de Houang-Po dans « Tch’an (Zen) Racines et floraisons » (Hermès 4, Les Deux Océans, Paris, 1985), p.225)

 

Tathāgata= « ainsi venu »

 

Ainsi venu (Tathāgata) veut dire que la Réalité est telle quelle. Votre nature est pure et tout est pur pour celui qui est pur.

 

Ce qui souille (l’état d’erreur), c’est une mauvaise vision des choses. Cette mauvaise vision des choses est transmise par l’enseignement des hommes. L’enseignement de l’homme s’est mué dans le temps pour devenir ce que l’on connaît comme étant aujourd’hui l’enseignement scolaire.

 

La tradition humaine étant dispensée gratuitement ou à faible coût dans le monde entier, tout le monde est plongé dans l’erreur. À force de vivre dans le noir on finit par s’y habituer pour finalement croire que l’obscurité est lumière.

 

Il fit un temps ou la Parole de <<Je suis>> était compréhensible en Orient comme en Occident et si aujourd’hui elle est si difficile à comprendre c’est que ces deux témoignages (bouddhisme et christianisme) ont été récupérés par les élites intellectuelles de notre civilisation. La Parole a été brouillée et falsifiée par des gens se croyant intelligents, empêchant ainsi le retour à la Réalité pour tous ceux qui le désirent.

 

L’enseignement humain est comme un immense voile d’épaisse obscurité répandue dans le monde entier.

 

Prochain chapitre

Le grand rassemblement

 

 

 

Retour à la page d'accueil

 

Droits d'auteur enregistrés, CopyrightDepot.com sous le numéro 00050361

00050361