Le nouveau messie ─ le Christ, l’Élu, Oint de Dieu ─ est bel et bien Zorobabel.

 

Son archétype est le Zorobabel accompagnant Josué lors de la reconstruction du Temple au sixième siècle avant Jésus Christ.

 

Zorobabel, gouverneur de Juda, représente l’autorité civile et c’est à ce titre qu’il est venu pour juger au jugement dernier.


Il ne faut pas que vous confondiez le Josué et Zorobabel du sixième siècle avant Jésus Christ avec le Jésus venu il y a deux mille ans et le Zorobabel d’aujourd’hui.

 

En effet, les deux personnages du sixième siècle avant Jésus Christ ne sont pas attitrés comme étant Christ et qu’aussi il ne peut y avoir deux Christs en un même temps.


La Parole de Dieu s’incarne en un personnage à la fois, ce qui explique que Christ Jésus est venu il y a deux mille ans ─ sous le personnage de Grand-Prêtre ─ démontrant son identité de messie par la réalisation de tous les signes et prodiges dont les Écritures faisaient mention et qu’il est retourné au ciel (Jean 16,7) pour que Zorobabel vienne aujourd’hui comme Christ-Roi.

(Jean 16,13-15)


Jésus pensait que le Retour devait arriver en son temps il y a deux mille ans démontrant ainsi la primauté du Père sur le Fils :


‹‹ En vérité, je vous le dis qu’il en est de présents ici, qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Fils de l’homme venant avec son Royaume. › ›

(Matthieu 16,28)


Un autre plan était en marche et l’Auteur ─ Dieu ─ ne l’avait pas encore dévoilé à son Fils.

 

Jésus prendra connaissance du plan plus tard, avant sa crucifixion.


Cette prédiction avait été faite par Dieu au prophète Zacharie au sixième siècle avant Jésus Christ lorsque Dieu dit au prophète :


‹‹ Prends d’entre les déportés, de Heldai, de Tobiyya et de Yedaya…, tu iras toi-même, en ce jour, tu iras à la maison de Yochiyya, fils de Sephanya, qui est arrivé de Babel; tu prendras  de l’argent et de l’or, tu feras une couronne et tu la mettras sur la tête de Josué, fils de Yehoçadaq, le grand-prêtre. Tu lui diras : Ainsi parle Yahvé des armées : Voici un homme dont le nom est ‹‹ Germe › ›, et d’où il est il germera; il bâtira le Temple de Yahvé. C’est lui qui bâtira le Temple de Yahvé. Il portera la majesté, il siégera et dominera sur son trône. Il y aura un prêtre à sa droite, et un parfait accord existera entre eux deux. › ›

(Zacharie 6,10-13)

 

En note de bas de page de ma Bible Osty ─ Émile Osty et Joseph Trinquet, Éditions du Seuil, 1973 ─, il est écrit concernant la couronne du verset 11 de (Zacharie 6,10-13) :


Cette couronne qui est le symbole de la dignité royale, ne pouvait être mise que sur la tête d’un descendant de David, Zorobabel, sur lequel s’étaient concentrés les espoirs eschatologiques de la communauté. Les évènements ayant pris un autre tour et Zorobabel étant disparu, c’est à son collaborateur ‹‹ Josué le Grand-Prêtre › › que fut attribuée cette couronne, qui primitivement ne lui était pas destinée.

 

Voilà dans cette explication le secret dévoilé du plan de Dieu.

 

Zorobabel disparaît et sa couronne revient au Grand-Prêtre Josué ─ représentant l’autorité religieuse ─ se retrouvant aussi avec le symbole (la couronne) de l’autorité civile.


Il y a deux mille ans, Jésus, le Grand-Prêtre ─ étant le Christ cette fois ─ compris donc qu’il devait porter la couronne puisque le Fils de l’homme ─ investit de son pouvoir royal ─ ne devait pas revenir en son temps, mais plus tard dans un futur éloigné.


Tout cela devait se produire même si Jésus (‹‹ Dieu sauve › ›) était venu pour sauver et non juger.

 

Jésus comprit qu’il devait suivre la prophétie annoncée à Josué par le prophète Zacharie au sixième siècle avant Jésus Christ (Zacharie 6,10-13) en mettant à son tour la couronne sur sa tête et en s’attribuant le titre de roi.


Cela explique le passage mystérieux de l’Écriture décrit au chapitre 21,1-11 de l’Évangile de Matthieu entre autres ou l’on décrit l’accueil triomphal de Jésus à Jérusalem.


Dites à la fille de Sion :
Voici que ton roi vient à toi, doux et monté sur un ânon et sur le petit d’une bête de somme.

(Matthieu 21,5)


Cela explique aussi la réponse de Jésus à Pilate, lorsque celui-ci lui demande :


‹‹ C’est toi qui es le roi des Juifs ? › › Jésus déclara : ‹‹ C’est toi qui le dis. › ›

(Matthieu 27,11)


Et qu’aussi, à sa crucifixion on posa au-dessus de sa tête le motif de sa condamnation écrit ainsi : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.

(Matthieu 27,37)


Personne n’ayant pu comprendre la signification de ces passages de l’Écriture puisque tout cela était crypté pour être dévoilé aujourd’hui.


Souvenez-vous que Zorobabel eût disparu au sixième siècle avant Jésus Christ et c’est ensuite que le prophète Zacharie ─ sous l’ordre de Dieu ─ plaça la couronne sur la tête de Josué conformément au passage de Zacharie 6,11.


Mais comment Zorobabel peut-il disparaitre si Dieu est le Dieu des vivants ?

 

En effet, au sixième siècle avant Jésus Christ Dieu avait avisé Zorobabel ─ comme il avait fait avec Josué ─ comme quoi il devrait jouer le rôle de Messie dans un temps futur ─, mais pas dans le même temps que Jésus venu il y a deux mille ans ─.


En ce qui concerne les temps, Dieu donne une piste en s’adressant au prophète Aggée :


Parle à Zorobabel, gouverneur de Juda, en ces termes : Je vais ébranler le ciel et la terre; je renverserai le trône des royaumes et j’anéantirai la force des royaumes des nations; je renverserai chars et conducteurs; chevaux et cavaliers s’abattront, l’un par le glaive de l’autre. En ce jour-là oracle de Yahvé des armées je te prendrai, Zorobabel, fils de Chealtiél, mon serviteur oracle de Yahvé et je ferai de toi comme un anneau à cachet. Car c’est toi que j’ai choisi oracle de Yahvé des armées.

(Aggée 2,21-23)


Dieu l’a choisi, ce qui veut dire qu’il a été élu pour un temps futur et qu’il serait comme un anneau à cachet.


Selon la définition de l’anneau à cachet dans ma Bible Osty ─ Émile Osty et Joseph Trinquet, Éditions du Seuil, 1973 ─, il est écrit :


Un anneau dans lequel était enchâssé le sceau (souvent une pierre de prix) qui servait à authentiquer un document écrit; l’objet était doublement précieux, et par sa valeur et par sa destination. Qu’on le portât au doigt, ou au poignet, ou au cou (attaché par un cordon), on ne s’en séparait pas volontiers.


Zorobabel serait donc comme un anneau à cachet et selon la définition il comporterait le sceau servant à authentiquer, mais quoi ?


Dans l’apocalypse de Jean, il est écrit (chapitre 7) :


‹‹ Et je vis un autre ange monter du soleil levant, avec le sceau du Dieu vivant; et il cria d’une voix forte aux quatre anges auxquels il a été donné de nuire à la terre et à la mer : ‹‹ Ne nuisez pas à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué d’un sceau sur leur front les esclaves de notre Dieu. › › Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués : cent quarante-quatre milliers marqués de toutes les tribus des fils d’Israël. › ›

(Apocalypse 7,2-4)


Soleil levant, signifie ‹‹ Orient › › et nous savons aussi que le sceau sert à marquer sur leur front les esclaves de notre Dieu.


Nous avons donc ici assez d’information pour savoir que, premièrement, Zorobabel a été choisi par Dieu pour devenir un anneau à cachet.

(Aggée 2,21-23)


Cet anneau (Zorobabel) comporte donc ─ selon la définition de l’anneau à cachet dans la Bible Osty ─ un sceau servant à authentiquer les esclaves de notre Dieu.

(Apocalypse 7,2-4)


Zorobabel est porté par l’ange qui monte du soleil levant ─ il vient d’Orient ─ et sa Parole parviendra jusqu’à l’Occident.


Car, de même que l’éclair part de l’Orient et paraît jusqu’à l’Occident, ainsi sera la venue du Fils de l’homme.

(Matthieu 24,27)


Zorobabel est donc le sceau du Dieu-Vivant.

(Apocalypse 7,2)

 

Cela veut dire qu’il faut comprendre sa Parole pour faire partie des cent quarante-quatre milliers marqués. (Apocalypse 7,4)


L’accueil et la compréhension de sa Parole ─ signée ‹‹ Zorobabel › › ─ est le seul moyen d’arrivé au salut et d’être marqué comme étant ‹‹ élu › ›.

 

Il n’y a pas d’autres moyens de sortir indemne de la fin du monde.

 

La fin du monde étant la fin de toute chair vous devez comprendre sa Parole pour redevenir esprit et échappez à ce qui adviendra au monde.

 

Prochain chapitre

Le Fidèle et Véridique Christ-Roi

 

Retour à la page d'accueuil du christianisme antique

 

Pour suivre le chemin resserré qui mène à la Vie (Matthieu 7, 14) et l’ouverture du Septième sceau.

 

http://baty.online

 

 

Retour à la page d'accueil

 

Droits d'auteur enregistrés, CopyrightDepot.com sous le numéro 00050361