Pour que le jugement soit fait, il faut que vous preniez connaissance de ce qui est écrit ici puisque vous vous ferez justice vous-même en jugeant de ce que je vous dis.


Prenez-garde, je vous le dis en vérité, cela ne vient pas de moi, mais du Père qui est en moi puisque tout ce qui est à Lui est à moi.


L’enseignement est donc au cœur du salut puisque c’est par cette méthode que les gens conditionnés font rouler l’économie mondiale et que les pauvres crèvent de faim.


Les gens plus aisés rêvent leur vie et se font bêtement plaisir aux dépens des autres ─ c’est la loi du plus fort dans le monde de la bêtise ─.

 

Toutefois, pour devenir bête, il faut bel et bien l’apprendre!


Malheureusement, pour ceux qui ‹‹ nouvelle génération › › rime avec ‹‹ affliction › › et qui ─ à force de chercher une porte de sortie ─ s’égare de plus en plus puisqu’il n’y a aucune issue dans le noir absolu, seule la lumière peut les guider vers le chemin de la vie.


Ici, je m’emploie à vous diriger vers le Chemin en utilisant une méthode d’enseignement bien spécifique: soit le christianisme antique issu de l’Église fondée par les disciples de Jésus il y a deux mille ans ─ cela n’a rien à voir avec l’Église du Vatican d’aujourd’hui ─.


La destruction du monde étant imminent puisqu'elle est le seul moyen de vous réveiller il m’incombe ─ en tant que témoin de la vérité ─ de vous préparer pour que vous ne cédiez pas à la panique, mais que vous gardez courage pour rester debout devant le Fils de l’homme. (Marc 13,37)


Le salut, pour les chrétiens, tient référence à la parole de Jésus venu il y a deux mille ans.

 

Toutefois, Jésus annonçait la venue du Fils de l’homme ─ le nouveau messie ─ à la fin des temps.


Le messie revient sous un nom nouveau. Jésus vous avait averti :


Il dit : ‹‹ Prenez garde de ne pas vous laisser égarer. Car il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront : C’est moi, et : Le temps est tout proche. N’allez pas à leur suite. › ›

(Luc 21,8)


Il y a deux mille ans, son nom était Jésus (‹‹ Dieu sauve › ›), alias Emmanuel (‹‹ Dieu avec nous › ›).


Conformément à ce qu’avait annoncé le Seigneur par le prophète quand il dit : ‹‹ Voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et on l’appellera du nom d’Emmanuel › ›, ce qui veut dire ‹‹ Dieu avec nous. › ›

(Matthieu 1,22-23)


De par décret divin, le messie s’appelle donc Emmanuel. Pourtant Gabriel (Luc, 1,26), l’ange du seigneur, commande à Joseph :

 

‹‹ Tu le surnommeras du nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. › › (Matthieu 1,21)


Alors, le nouveau messie ne portera ni l’un ni l’autre.

 

Tous ceux se prenant pour le Christ et se présentant sous le nom de Jésus ou d’Emmanuel révèlent donc leur imposture.

 

À la fin des temps, seuls le Messie et tous ceux à qui il le révèle connaissent le nom nouveau.

 

Nous sommes enfin arrivés à ce jour, celui de l’Apocalypse, ce qui veut dire ‹‹ Révélation › ›.

 

Prochain chapitre

Le retour du Christ et le nom nouveau

 

 

 

Retour à la page d'accueil

 

Droits d'auteur enregistrés, CopyrightDepot.com sous le numéro 00050361

00050361